No Ordinary Family


Diffusée en France sur 6ter sous le titre de Super Hero Family (un bel effort de traduction qui mérite d’être souligné!), surfant sur la vague des super héros, ABC nous propose une série qui mérite une multitude de superlatifs pour la désigner dont je m’en vais vous donner un petit aperçu.

Super attributs
La série se dote d’un super casting d’acteurs aux petits oignons: Stephen Collins (Sept à la maison ou encore Private Practice) et Michael Chiklis (The Shield ou la Chose dans les 4 fantastiques) chez les messieurs, tandis que pour les dames nous avons Julie Benz (Rita Benett dans Dexter), avec quelques apparitions de Rebecca Mader (Lost), Lucy Lawless (aka Xena la guerrière) ou bien encore Miss Numéro 6, j’ai nommé Tricia Helfer dans l’épisode l’enchanteresse (No Ordinary Love).
Avec un tel défilé d’habitués de séries, on se dit qu’on a affaire à une super série… cependant, même un super acteur ne peut rien faire sans super costume!

Super clichés
Et rien ne vient donner consistance à la série, ni dialogues ni intrigues. Que ce soit la trame générale de la série comme celle de chaque épisode, tout est cousu de câbles blancs, aucune surprise, rien que du déjà vu! Il est même évident de prévoir la suite des événements dès le pilote. Qu’à cela ne tienne! Laissez votre cerveau au vestiaire, la super famille s’occupe de tout. Personnages creux, situations vues et revues, rebondissements visibles à 300km, la série ne nous épargnera rien au rayon des poncifs. Il y aurait eu tant de bonnes pistes à exploiter, mais rien ne ressort de bon. C’est d’autant plus frustrant que certains thèmes sont vaguement effleurés: le changement de vie des enfants et comment ils s’adaptent à leur nouvelle vie -le tout sans teenage angst si possible-, les choix moraux du justicier, l’origine des pouvoirs de chacun et la façon de les utiliser et de se les attribuer… mais chacun est soit abandonné aussi sec, soit passé à la moulinette du politiquement correct à un point tel qu’il en devient ridicule.

Super bidon
Les pouvoirs montrés dans la série sont on ne peut plus classiques et on évacue immédiatement leurs aspects les plus dérangeants pour le scénario, là aussi jusqu’à rendre le tout complètement ridicules (la mère courant à plus de 700km/h avec un brushing parfait, le père sautant de toits en toits à longueur de temps sans jamais être repéré…). Les super pouvoirs sont faits pour être utilisés et puisque la production veut du super héros, autant se faire plaisir avec un show off outrancier et inutile! La qualité dans le rendu n’est pourtant pas trop au rendez vous, la CGI est très moyenne, les combats peu nombreux sont invraisemblables, on se demande pourquoi insister dans cette débauche si c’est pour juste exposer un budget effets spéciaux famélique… rien pour sauver ce super flop en somme.

Super caricature contre super cruche
Les personnages sont agaçants de manichéisme, soit méchants, soit gentils, il n’y a qu’un seul rôle de repentant (il fallait bien montrer la puissance du vrai amour!). Les gentils sont gentils jusqu’à l’extrême, poussant un peu plus loin la définition du mot nunuche, et pour dire tellement ils sont gentils: Ils ne tuent jamais personne, sauf les méchants (enfin, si on exclut le fait qu’ils poussent les victimes dans un état de faiblesse avancé dans les griffes des bad guys…). Et les méchants parlons en! On s’attend presque à les entendre s’exclamer quelque chose comme ‘Mouah ah ah ahah! Je suis méchant parce que je suis méchant et c’est bon d’être méchant!’, aucune autre explication d’aucune sorte à leur rôle de nemesis.

Toutes les bonnes choses ont une fin
Oui, rassurez vous, la série a été arrêtée au bout de la première saison, et même si le final (d’anthologie!) inclut un lancement pour la suite, celle-ci n’est pas programmée (alléluia!).

 

Ne tirons pas trop sur l’ambulance cependant, No Ordinary Family est une série qui se laisse regarder quand on a autre chose à faire devant la télé ou qu’on a besoin de moment ‘encéphalogramme plat’, comme à la fin d’une bonne journée de boulot (je ne juge pas, je connais!). C’est d’ailleurs parce que la série peut être utilisée à cette fin que je ne la lynche pas plus, il faut bien aussi du divertissement récréatif, une pincée de teen série!
No Ordinary Family est aussi la démonstration que l’on peut avoir un bon casting et de bonnes idées, si la chaîne productrice a décidé d’en faire un divertissement familial propret à l’américaine, vous êtes cuits! Voulant instiller des valeurs familiales dans la série, ABC a rendu le tout complètement insipide, dommage, il y avait du potentiel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s