Comment je suis devenu super-héros


Comme promis, je vais vous gratifier d’un petit commentaire sur mes lectures. Évidemment, comme celles ci avaient pris pas mal de retard, ce ne seras pas des nouveautés neuves, mais bon … si vous êtes pas contents, allez cliquer ailleurs! :p

Je vais vous parler aujourd’hui de Comment je suis devenu un super héros, un livre de Gérald Bronner.

J’ai bien accroché à l’histoire, sorte de mélange entre le monde des comics et celui du roman noir. Nous suivons les aventures de Titan, super héros et policier de la ville de New York qui enquête sur une série de meurtres de super héros assez étranges. Si le pitch peut paraître un peu banal, l’histoire n’en reste pas moins très singulière et particulièrement plaisante. Nous suivons pendant tout le temps du récit la vie quotidienne d’un super héros dans un monde alternatif où ceux ci se sont banalisés au point d’avoir des postes dans les administrations, un hit parade avec révélation de classement hebdomadaire et tout le tralala ^^
Évidemment, cet homme a des problèmes tout ce qu’il y a de plus ‘communs’, comme des problèmes de couple qui le mènent au divorce, des enfants qu’il ne voit plus que durant les droits de visite; ce super prend aussi de l’âge, etc. J’ai trouvé cet axe assez intéressant, d’autant que peut traité d’habitude, sauf peut être dans les indestructibles et encore à la sauce Disney. La thématique est aussi très bien traitée, on sent que l’auteur maîtrise pas mal son sujet, aussi bien les super héros que les romans policiers d’ailleurs, ce qui donne au final un petit bouquin bien sympa, avec un bon rythme.
Une petite note aussi aux théories de l’auteur sur les super héros, amenées de façon assez subtile par un personnage tiers de l’histoire, à un moment presque saugrenu. Pour intéressantes qu’elles sont, elles ont en plus l’avantage d’être développées juste ce qu’il faut pour laisser beaucoup de part au mystère et à l’imagination, j’ai beaucoup aimé ce court moment ;)

Mention négative par contre à la traduction française. Comme l’auteur fait dans le roman noir, les personnages ainsi que le narrateur parlent un langage courant, et donc un parler qui change souvent de registre. Ceci a été complètement passé à la moulinette dans la traduction et on tombe parfois sur des mots dont on se demande ce qu’ils ont à faire dans une conversation peu châtiée. Certaines tournures semblent complètement fausses, on passe d’un registre à un autre sans réelle subtilité à cause de traductions approximatives car on sent que la traduction a du se faire avec un manque de maîtrise dans une des deux langues, l’originale ou l’actuelle. Mention spéciale à une bourde énorme et récurrente dans tout le bouquin, on y serre pas les gens dans les bras, on les sert dans les bras; plutôt pénible >_<

En dehors de ce fait, le livre était vraiment très sympa et j'en recommande d'ailleurs chaudement la lecture si vous aimez les univers un peu décalés ou si vous êtes fans des supers, des romans noirs, d'aucun des deux, si vous avez attrapé le 151e pokémon, ou encore si vous êtes fans du son du cor le soir au fond des bois ;)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s