Qui suis je?


Suite à la lecture d’un certain article dont tout le monde parle, et suivant l’invitation du roi  en sa demeure auteur du dit article, je me soumet à ce petit exercice:

Qui suis je? En fait, c’est bien simple, je suis un écran de fumée.
Je me présente sous des devants policés, chacun me connaît à sa manière, sous un angle qui est le sien; et moi, je profite des angles morts pour cacher ce qui ne doit pas être vu. Je bouge et fait du bruit, je m’agite, et ainsi, je suis l’arbre qui cache la forêt. Je cherche les secrets, toujours à la découverte des choses que je devrais taire, mon regard en dit beaucoup mais ma bouche reste close. Je parle plusieurs langues mais cultive l’art du silence, je suis le sphinx devant sa propre énigme. Je suis l’antipode, le paradoxe: Impitoyable car habité de compassion, le roc au cœur fragile, je suis le réponse à une question par une autre question. Je suis le sourire que l’on maintient alors que tout s’effondre, je suis l’eau qui dort. Dinalant est là où les gens l’attendent, car François est rarement là où je l’attendrais lui. Je suis sûr du doute que je nourris envers moi même, j’ai appris beaucoup pour être sûr que je ne sais rien. Ombrageusement jovial, les pieds sur terre et la tête dans les nuages, je suis lunatique. Je suis le mystère qui se joue sans initiés, le huis clos qui s’expose. Je suis l’arbre qui tombe au milieu de la forêt, et que personne n’entendra. Je ne suis pas réellement virtuel, même si le virtuel est ma réalité. Assis sur du vent, je suis un roi de l’ombre chinoise, je suis un décor de cinéma. Je suis la frontière floue, le vague, je ne me dessine que dans les détails qu’il faut attraper au vol, légères touches d’un tableau qui n’a pas de vue d’ensemble. Je suis le menteur et profiterai d’un rideau pour tout vous révéler. Le mensonge nourrit ma vérité et c’est cela qui le rend plus vrai. Je suis le non-dit, c’est lui qui s’est glissé entre nous. Je suis le rire pour ne pas pleurer, et je crie fort pour ne pas être entendu. Je suis le plus sociable des associaux, l’insouciant qui se méfie de tout, intelligemment stupide…
Et tout ceci, tous ces paradoxes ne font de moi qu’un être humain, de ceux qui se construisent et se découvrent à chaque instant, de ceux qui ne peuvent se définir car ils sont toujours en quête de soi et qu’on ne peut définir quelque chose qui est en cours de formation.

Et voilà donc pourquoi je suis un écran de fumée, parce que je vous ai tout dit, mais n’ai rien révélé…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s